Super 8 (2011)

Le nom du film peut interpeller les non-initiés aux caméscopes des années 70, le super 8 est tout simplement un standard de film de 8mm de largeur, un des plus utilisés et relativement peu couteux ( quand même assez cher ) par Kodak.

Et le film ? Et bien il s’approche d’un standard aussi. JJ. Abrams réinvente le film des années 80, surfant sur la vague des Goonies et de ET, en plus il est produit par Steven Spielberg le maitre incontesté de cette période ( avec son pote Lucas ). Je ne m’étais pas aperçu avant la moitié du film à quel point non seulement il me rappelait mon enfance mais aussi que les films de cette période me manquaient.

Une impression de travail bien fait, le film est très soigné et pas mal de plans sont intéressant au niveau théorique ( dès le premier plan ). Un véritable cours de cinéma.

Pourquoi voir ce film ?

Déjà pour la nostalgie, ensuite pour le sentiment d’aventure que je trouve un peu perdu dans les films d’aujourd’hui. Abrams a considérablement réduit les longueurs habituelles de ses réalisations ce qui rend le film agréable et rythmé.

L’histoire :

En 1979, dans une petite ville des États-Unis, un groupe de jeunes adolescents qui tournent un film en Super 8 va être témoin d’un « accident » de train aux conséquences désastreuses.

Je n’aime vraiment pas qu’on me gâche les films en me disant quoi que ce soit avant, je vais donc juste vous donner une info : le film est un mélange de fantastique et de science fiction.

Le potentiel Geek de ce film est de 83 % car il est bourré de références aux films d’horreur des années 70 ( Romero ….) . D’ailleurs restez jusqu’à la fin du film pour « voir le film ».



Envoyez un commentaire